Akbou – Le monoxyde de carbone tue un couple

517

Décidément, il ne se passe pas un hiver sans que le monoxyde de carbone ne fasse parler de lui. Avant-hier, la ville d’Akbou a été plongée dans l’émoi. Un couple, qui n’est pas des moindres, perdit la vie. Bouzid Tigrine et son épouse, âgés respectivement de 50 et 48 ans, ont inhalé ce maudit gaz laissant derrière eux des enfants désormais orphelins. Cet ancien entraîneur de football a à son actif plusieurs titres avec les clubs de la ville d’Akbou dont le dernier qu’il a entraîné est le club féminin d’Akbou. Très connu pour son professionnalisme et son amour pour le sport en général et le football en particulier, Tigrine laisse tout un monde de sport orphelin. Le monoxyde de carbone tue toujours et ce n’est pas faute de campagne de sensibilisation et d’information. Chaque année, la direction de la Protection civile de Béjaïa organise des journées de sensibilisation destinées au large public pour le familiariser aux différents risques, et en particulier au monoxyde de carbone qui fait de nombreuses victimes, notamment durant l’hiver. L’objectif est de faire savoir que le monoxyde de carbone inodore, invisible et non irritant, est d’autant plus dangereux puisqu’il peut entraîner la mort en quelques minutes une fois inhalé. Le sous-lieutenant Hakim Latrèche nous a indiqué que les services de la Protection civile de Béjaïa ont déploré déjà trois décès par intoxication au monoxyde de carbone au niveau de la wilaya de Béjaïa durant l’année en cours, tandis que 14 personnes ont pu être sauvées d’une mort certaine. L’obstruction des conduites d’aération, la mauvaise utilisation par l’usager des appareils de chauffage et les défauts de fabrication ou de non-conformité des matériels en sont les principales causes qui conduisent à la mort.