Augmentation du prix du transport : Protestations dans plusieurs localités

610

L’entrée en vigueur de la nouvelle tarification du transport, avec des augmentations allant de 5 à 10 DA pour les lignes urbaines et suburbaines, a provoqué la colère des citoyens dans la wilaya de Béjaïa. Hier, plusieurs axes routiers ont été bloqués à la circulation automobile par des citoyens qui rejettent catégoriquement cette hausse du prix du ticket qu’ils jugent «arbitraire et excessive». Dans la commune d’Oued Ghir, où le prix du ticket a passé de 25 à 30 DA pour le trajet joignant le chef-lieu communal au centre-ville de Béjaïa, et de 20 à 25 DA pour les trajets inter-villages, des protestataires ont procédé, tôt le matin, à la fermeture de la RN12 à hauteur de Hellil. Ils entendent, à travers cette action de rue, convaincre les opérateurs privés du transport en commun à revenir à l’ancienne tarification. Dans la commune de Fenaïa, des citoyens ont exprimé leur refus de cette nouvelle augmentation du prix du ticket, qu’ils estiment «exagérée», en fermant la RN12, reliant les wilayas de Béjaïa et Tizi-Ouzou, au niveau de Bouzoulam. Même son de cloche dans la commune de Darguina, où des citoyens ont manifesté leur mécontentement suite à la hausse du prix du ticket du transport de 5 DA par le blocage de la R09. Pourtant, affirment les transporteurs, ces augmentations sont attendues après la hausse des prix des carburants, décidée dans le cadre de la loi de finances 2018. D’ailleurs, justifient-ils, les responsables du ministère des Transports ont, officiellement, accordé aux syndicats des transporteurs une augmentation de 5 DA pour les transports urbains et une hausse de 10 à 15 % pour les trajets inter-wilayas. En outre, pour les transporteurs, cette augmentation s’est pas seulement dictée par le souci de faire face à la hausse des prix des carburants, des lubrifiants et des pièces de rechange, mais aussi à l’état lamentable dont se trouvent plusieurs axes routiers de la wilaya.