Cevital : le comité de soutien accuse le PDG du port de Béjaïa de servir « des intérêts occultes »

391

e comité de soutien aux travailleurs de Cevital a accusé ce mardi le PDG du port de Béjaïa « d’acharnement orchestré », « synchronisé » et « organisé » contre Cevital. Le porte-parole et vice-président de ce comité, Mourad Bouzidi, rappelle, dans une déclaration, que le groupe d’Issad Rebrab est le « meilleur client du port et le premier pourvoyeur d’emploi et le premier contributeur à la fiscalité de la région et de l’Algérie après Sonatrach ».

Selon lui, le PDG du port « bloque les accostages des bateaux de Cevital en violation de la loi ». « Il ne lui appartient pas de décider du devenir des équipements, aucun texte de loi ne lui donne cette autorité à exiger la destination des équipements ni leur utilisation finale », s’insurge Mourad Bouzidi.

Pour lui, la mission du PDG du port est de « veiller à la bonne gestion d’un port qu’il est en train de déstabiliser et non pas à se substituer au Président de la République ou au Premier ministre ». Le porte-parole du comité dit « douter sérieusement des motivations de ce responsable ». « S’il est obligé de commettre des actes illégaux qui sanctionnent sa région c’est qu’il doit avoir beaucoup de choses à se reprocher », dit-il.

« S’il est incapable d’assumer ses responsabilités et de respecter la loi, alors il n’a qu’à démissionner. Béjaia ne lui pardonnera pas son entêtement à servir des intérêts occultes au détriment de la population et de la jeunesse de notre région et de l’Algérie entière », conclut Mourad Bouzidi.

Le PDG du port de Béjaïa a accusé, hier lundi, Issad Rebrab de « manipuler ses ouvriers ». Il a également signalé que Cevital disposait de 140.000 mètres carrés au sein du port, en précisant qu’un terrain lui a été attribué en 1998 pour son projet de trituration de graines oléagineuses. Sauf que Issad Rebrab l’avait utilisé pour implanter un silo de céréales de 120.000 tonnes.