Cevital : un nouveau bateau transportant des équipements industriels bloqué par le port de Béjaïa

3231

bras de fer continue entre Cevital et le port de Béjaïa. Pour la deuxième fois depuis le début de l’année, un navire transportant des équipements industriels importés par le premier groupe privé algérien a été refoulé du port de Béjaia. Ces équipements étaient initialement destinés à l’usine de trituration de graines oléagineuses que le PDG du groupe, Issad Rebrab, comptait implanter au niveau de ce port.

Contacté par TSA, le PDG du port de Béjaia, Djeloul Achour, justifie le blocage du navire transportant du matériel pour l’usine de trituration de Cevital par l’absence des autorisations requises à la réalisation de cette unité.

« Depuis deux ans, il (Issad Rebrab) a formulé des demandes, mais il n’a pas eu les autorisations pour la réaliser (l’unité de trituration). Nous, autorité portuaire, quand il a officiellement engagé la procédure, nous lui avons répondu que conformément à la nouvelle réglementation relative à l’occupation du domaine portuaire, il ne pouvait pas prétendre à installer son unité à l’intérieur du port », explique-t-il.

Selon M. Achour, c’est le groupe Cevital lui-même qui avait refusé au préalable d’installer cette usine à l’intérieur du port en 1998 en raison des nuisances que cette activité peut engendrer.

« Dans le cadre de la concession que nous lui avons établie en 1998, c’est lui-même (Issad Rebrab) qui avait pensé à l’époque que, compte tenu des nuisances que pouvait causer une telle activité, il était préférable d’installer un silo à céréales de 120 000 tonnes », affirme-t-il.

Des travailleurs de Cevital ont organisé, fin avril, un sit-in à Béjaia pour protester contre le refus des autorités portuaires d’autoriser le débarquement d’une première livraison du matériel de l’entreprise destiné à un projet industriel de trituration de graines oléagineuses.