CHU de Béjaïa : Neuf postes d’infirmiers à pourvoir

861

Pour faire face à la surcharge aux urgences et améliorer la qualité du service auprès des patients, le Centre hospitalo-universitaire de Béjaïa procèdera très prochainement au renforcement de son personnel infirmier, a-t-on appris du bureau de l’information, de la communication et d’audio-visuel du CHU de Béjaïa. La direction de cette structure sanitaire a reçu l’aval de la tutelle pour le recrutement des diplômés des sciences infirmières, issus de la faculté de médecine de l’université de Béjaïa, dans le grade d’«ISP contractuel». Selon la même source, un avis de recrutement a été lancé en application de la correspondance N°1137/DGB/DRBCD/SDRI du 31/10/2017, émanant du ministère des Finances pour recruter neuf nouveaux infirmiers (ISP). La date limite de dépôt des dossiers est fixée pour le 20 décembre prochain à 16 heures. Les postulants à ces postes doivent déposer leur dossier de candidature au niveau de la direction des ressources humaines du CHU de Béjaïa, a-t-on informé. «La sélection des candidatures sera effectuée sur la base de l’ancienneté du diplôme et du classement dans le cursus universitaire du candidat», a précisé notre source. Ces nouvelles recrues renforceront les moyens humains dudit CHU par un personnel qualifié et permettront ainsi une meilleure prise en charge des patients. Par ailleurs, l’ouverture de ces postes d’emploi confirme la reconnaissance officielle par le ministère de la Santé du diplôme des étudiants des sciences infirmières issus de l’université. Cette reconnaissance a été obtenue à coups de mouvements de grève et de protestation suite au refus opposé, en 2013, à ces étudiants qui suivaient un cursus en système LMD de continuer des études en master. Ils appréhendaient à cette époque-là que leur diplôme ne soit pas reconnu par le ministère de tutelle. En effet, cette filière, introduite à la faculté de médecine de Béjaïa en 2011, ne jouissait pas alors d’un statut bien défini. En outre, l’annonce de la non-ouverture du master au même titre que les autres filières du système LMD a obscurci les horizons de centaines d’étudiants des sciences infirmières qui craignaient pour leur avenir professionnel. Toutefois, les pouvoirs publics, conscients du besoin accru en personnel infirmier ressenti au niveau des différentes structures de santé et de l’impossibilité aux écoles paramédicales, à elles seules, de faire face à ce déficit, ont décidé de faire appel aux diplômés des sciences infirmières, tout en prenant en considération leur statut de licenciés et non de «simples» infirmiers. Dans un autre chapitre, la direction du CHU de Béjaïa, créée par décret exécutif n° 09-319 du 6 octobre 2009, attend toujours la levée du gel sur le projet de réalisation de sa structure.