Le comité des fêtes lance les soirées artistiques : Onze sites retenus

1380

C’est hier mercredi qu’a eu lieu le coup d’envoi des soirées artistiques de Béjaïa, initiées par le comité des fêtes de la ville.

Onze sites retenus
Durant vingt-six jours, en plus des programmes initiés par le TRB, la cinémathèque et la Maison de la culture, la commune de Béjaïa accueillera une série de galas artistiques sur l’ensemble de son territoire. Pas moins de 132 galas seront organisés, répartis sur 11 sites : Café Baghdad, Boulouiza, Gouraya Les Boules, Ighil El Bordj, la cité des 300 logements, Souk El Asser, Ighil Ouazou, le parc Ali Vava, les 13 Martyrs, le Cité Aouchiche et Bordj Moussa. Une brochette de têtes d’affiches a été sélectionnée pour animer ces soirées et permettre aux citadins de profiter des cette douce saison, avant l’arrivée des grandes chaleurs. Une soixantaine d’artistes a été donc invitée à assurer ces spectacles, en grande majorité des artistes locaux et des talents qui auront là une occasion de se produire sur scène, selon Malek Bouchebah, le Président du Comité des Fêtes de la Ville. L’objectif du comité est d’assurer une animation de bonne qualité, stimuler la compétition et encourager les nouveaux talents à aller de l’avant. A l’issue de ces soirées, il sera demandé à des professionnels d’évaluer les prestations, dans une démarche pédagogique et de promotion qui ne s’arrêtera pas à la fin de Ramadhan. Par ailleurs, 3 manifestations sont à souligner. La première consiste en la participation du parc Mezaïa aux festivités, puisque plusieurs soirées y seront organisées, en collaboration avec le Comité des fêtes. La deuxième est la participation de l’Association du Conservatoire Communal de Béjaïa, dirigé par Lyes Hocini, à qui une partie des soirées à été confiée. Et enfin, l’organisation des Nuits Andalouses, organisées par l’Association Neghma, au niveau de Bordj Moussa. Beaucoup d’amoureux de la musique andalouse attendent avec impatience ce rendez-vous devenu annuel. C’est donc une édition spéciale qu’a concocté le Comité des Fêtes. Cela dit, de pareils événements rappellent que la ville manque cruellement d’espaces d’expression artistique, ce qui oblige les organisateurs à investir les places publiques. La salle de cinéma ‘’Mon Ciné’’ est quant à lui fermé depuis des lustres ainsi que celle de ‘’Shanghaï’’. L’utilisation des places publiques au mois de Ramadhan pose en effet le problème des horaires qui se heurtent à ceux des prières, ce qui crée des tensions. A noter enfin que la soirée de clôture est prévue pour le 25 juin. Il y aura trois galas, prévus à Boulouiza, Ighil El Bordj et Souk El Asser. Le lancement s’est lui fait au Café Baghdad, à Gouraya les Boules et à la cité des Trois Cents Logements à Iheddadène.