Décès de l’universitaire Zahir Ihaddaden samedi à Alger

607

L’universitaire, moudjahid et ancien journaliste Zahir Ihaddaden est décédé samedi à l’hôpital Ain Naadja d’Alger des suites d’une longue maladie à l’âge de 89 ans, a appris l’APS auprès de sa famille.

Ayant rejoint les rangs des militants de la cause nationale, M. Ihaddaden a travaillé, pendant la Guerre de libération nationale, au quotidien El-Moudjahid de juin 1956 au 19 mars 1962, où il était parmi l’équipe rédactionnelle de l’édition francophone du journal à Tétouan d’abord, le 5 août 1957 puis à Tunis en novembre de la même année, aux côtés du défunt Réda Malek.

Zahir Ihaddaden fut également, l’un des relais de Abane Ramdane, auprès des militants à l’université d’Alger.

Historien et enseignant universitaire, il compte plusieurs ouvrages à son actif dont « Histoire de la presse indigène en Algérie, des origines jusqu’en 1930 », « La presse écrite en Algérie de 1965 à 1982 », et « l’histoire des colonisés du Maghreb ».

Le défunt qui devait assister, cette semaine à la parution de ses mémoires intitulés « Itinéraires d’un militant », aux Editions Dahlab, était également membre de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV).

Dans un message de condoléances à la famille du défunt, le président de l’ARAV a rappelé le « parcours exceptionnel » de Zahir Ihaddaden dans la « construction de l’édifice de la presse, de l’information et de l’audiovisuel dans notre pays et son apport à l’Université algérienne à travers ses nombreux ouvrages dans le domaine de l’histoire et de l’information », soulignant que tout au long de sa carrière, il a fait montre d' »abnégation et de sagesse ».

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni a adressé un message de condoléances à la famille du défunt dans lequel il a rappelé son parcours militant durant la guerre de libération nationale. Tout en considérant qu’avec le décès de ce moudjahid l’Algérie perd un symbole du nationalisme un leader dans le domaine du savoir et de la science.

« Avec la disparition de ce brillant chercheur, cet intellectuel avant-gardiste et éducateur, qui a voué sa vie au service de sa nation et qui s’est acquitté de son devoir (…) l’Algérie perd un journaliste chevronné et un chercheur authentique qui a enrichi la bibliothèque scientifique avec des ouvrages et des recherches solides », a ajouté le ministre.

Zahir Ihaddaden sera inhumé dimanche, après la prière du Dohr au cimetière d’El-Alia