La DSA projette la création d’une école de formation de cuniculteurs

Une filière à développer !

296

Un intérêt particulier semble être porté par la DSA de Béjaïa à la cuniculture.

«La wilaya de Béjaïa peut facilement développer la cuniculture, c’est-à -dire l’élevage des lapins domestiques, notamment dans les régions montagneuses et rurales. Le climat et le relief y sont favorables», soutient un responsable à la DSA de Béjaïa. Pour le moment, seulement une poignée d’exploitants a choisi d’investir dans ce créneau. En effet, un recensement de la direction des services agricoles de Béjaïa fait état de seize cuniculteurs qui disposent d’un effectif cunicole, estimé à 1408. En outre, le nombre de fabricants d’aliments pour lapins dans la wilaya de Béjaïa est de 22 : ils produisent annuellement une capacité de 316 quintaux d’aliments. Par ailleurs, la région compte un seul fabricant de matériels destinés à la cuniculture. Pourtant, le développement de cette filière apportera des avantages énormes. «La promotion de cette filière est à même de diminuer l’exode vers les centres urbains, en fixant les populations dans les régions rurales et montagneuses. C’est une filière qui peut subvenir à leur besoin en viande et approvisionner le marché national», a affirmé notre source. A cette effet, la direction des services agricoles de Béjaïa envisage, selon son 1er responsable, la création prochaine d’une école de formation de cuniculteurs. En outre, Laïb Makhlouf a annoncé que la DSA de Béjaïa projette l’organisation d’un colloque sur cette filière «pour trouver une jonction entre les différents intervenants dans la filière», à savoir les producteurs d’aliments, les éleveurs et les fabricants du matériel, en vue de développer la cuniculture à Bejaia. Celui ne donnera pour autant aucune échéance ni pour la création de l’école de formation ni pour le séminaire projetés. A noter qu’une association professionnelle pour le développement et la promotion de l’élevage cunicole a été créée l’année dernière en marge d’une rencontre des éleveurs de cette filière, tenue au niveau de l’Institut national de recherches en agronomie (INRAA), sis à Oued Ghir.