Éducation Grève du Cnapest ; Large écho à Béjaïa

2957

Les enseignants des trois paliers de l’Éducation nationale, affiliés au syndicat Cnapeste de Béjaïa, observent une grève de deux jours, à savoir hier et aujourd’hui.

Ce débrayage sera suivi, dans la matinée d’aujourd’hui, d’un rassemblement d’enseignants devant le siège de la direction de l’Education. Le taux de suivi était, hier, peu avant 11 heures, de l’ordre de 80 %, selon M. Zenati, président du conseil de wilaya du Cnapeste. Cette grève est dite cyclique, en ce sens qu’elle sera observée deux jours par semaine. Elle sera, également, suivie de rassemblements synchronisés dans toutes les wilayas du pays. Cette action de contestation est motivée, d’après le communiqué n° 11/2017 daté du 12 octobre 2017, par «les nombreuses insuffisances» constatées par les syndicalistes dans le secteur de l’Éducation, comme notamment «les poursuites judiciaires à l’encontre de syndicalistes, la politique de l’immobilisme et le désengagement des services à solutionner les problèmes des enseignants, le dossier de la médecine du travail, qui n’arrive toujours pas à se concrétiser, les manœuvres de modification en catimini des statuts particulier des enseignants, les centaines de situations financières bloquées depuis deux ans et les nombreux PV de réunions restés lettre morte». Le communiqué conclut par la mise en avant des revendications, telles que la réintégration, sans conditions, de Ben Moussa Azedine, membre du conseil national, et le recouvrement de tous ses droits, l’installation de la commission mixte (Men/Cnapeste) pour le déblocage des postes budgétaires de promotion, comme inscrit dans le procès-verbal du 19 mars 2015, la sauvegarde de profils de carrières pédagogiques et administratifs, tels que stipulé par le décret exécutif 12/40, avec introduction de passerelles entre les deux profils, le lancement effectif de la médecine du travail, le maintien des représentants des trois paliers dans les commissions des œuvres sociales, comme indiqué dans l’arrêté 12/01 et la mise en œuvre de la commission gouvernementale chargée de recenser les biens des œuvres sociales. Enfin, au niveau local, il est réclamé la satisfaction intégrale de la plateforme de revendications de la wilaya et la concrétisation du contenu des différents PV.