Hausse des prix du café

556

Le café, un produit de large consommation, a connu, dernièrement, des augmentations inexpliquées de ces prix dans la région de la vallée de la Soummam. En effet, chez les épiciers, les prix du paquet du café torréfié et moulu de 250 grammes ont enregistré une hausse. Ce changement intervenu dans les tarifs de cette denrée alimentaire de première nécessité varie selon la marque. En général, les majorations oscillent entre 30 et 60 DA le paquet de 250 grammes. Sur les étals des commerces de l’alimentation générale et autres grandes surfaces de vente, les nouveaux prix de ce produit sont affichés entre 130 et 180 DA le paquet. Pour leur part, les prix du café torréfié et moulu de 1 kg ont également grimpé en passant de la fourchette de 520-550 DA à 570-620 DA. D’aucuns ne comprennent pas ces augmentations, qui, paradoxalement, ne cadrent aucunement avec la réalité du marché international, où les prix de ce produit connaissent une baisse palpable ! Les commerçants expliquent l’envolée des prix du café par les récentes augmentations intervenues sur la TVA, le carburant et tutti quanti ! La ménagère, quant à elle, demeure toujours sceptique devant cet état de fait, en ne voyant, là, qu’une volonté à peine voilée de la part des commerçants de vouloir augmenter leurs chiffres d’affaires ! Par ailleurs, la tasse de café connaît, également, un début de hausse de ses prix en passant, dans plusieurs cafétérias activant dans les différentes localités de la vallée de la Soummam, de 25 à 30 DA. Cette nouvelle tarification semble produire un effet boule de neige parmi les cafetiers de la région, où chaque jour des cafétérias annoncent d’ores et déjà la couleur en affichant devant les comptoirs les nouveaux tarifs de la tasse de café! Là encore, les tenanciers de ces espaces de consommation de boissons non-alcoolisées justifient la hausse des prix du café servi à table par les dernières augmentations en cascade qui ont touché les différents produits et services lesquels, selon leurs dires, ont « entamé » leurs marges bénéficiaires !