Le nombre de chômeurs en augmentation à Béjaïa

938

Le nombre de chômeurs a incontestablement augmenté à Béjaïa
La recul de l’investissement s’est traduit par l’explosion du nombre de demandeurs d’emplois dans la région de Béjaïa, connue aussi par le fléau des fermetures de routes.
14.170 demandeurs d’emploi se sont inscrits au niveau de l’Agence nationale de l’emploi (Anem), antenne de la wilaya de Béjaïa durant les trois premiers mois de l’année en cours. Il s’agit d’une augmentation de 1134 demandes par rapport à la même période de l’année dernière. C’est ce qu’ a indiqué le directeur de l’agence, se référant aux chiffres établis par les cinq agences que compte l’institution au niveau de la wilaya de Béjaïa. Le nombre de chômeurs a incontestablement augmenté à Béjaïa. Les effets de la récession économique sont là. Le nombre de demandeurs d’emploi qui explose, l’atteste. S’agissant d’une région touchée également par le fléau des fermetures de routes, l’explosion du nombre de demandeurs d’emploi n’étonne presque personne.
De l’avis général, le pire est à venir. L’instabilité dans la gestion de la principale institution qu’est la wilaya, n’y est pas pour arranger les choses. En quatre ans, la wilaya a vu défiler trois walis. Le dernier en date est resté moins de deux ans au commandes de la wilaya. Deux dirigeants en trois ans avec des méthodes diamétralement opposées. Le développement se poursuivait entre-temps avec le même rythme, soit au ralenti. Le fléau des fermetures de routes est lui aussi toujours là avec toutes ses conséquences sur l’investissement. «Comment voulez-vous qu’un investisseur ait envie de s’installer à Béjaïa, lorsqu’il sait qu’à n’importe quel moment il risque de ne pas rejoindre ses projets», commente ce citoyen, qui fait remarquer «l’incapacité des autorités à éradiquer le fléau» qui avec le temps, finira par provoquer la délocalisation des investissements et le départ des opérateurs économiques sous d’autres cieux plus cléments. Avec ce constat, ou aura tout compris des chiffres avancés par l’Anem de Béjaïa. Durant les trois premiers mois de 2018, le taux de chômage a augmenté. On ne trouve plus de travail, ceux qui en cherchent sont majoritairement de jeunes diplômés. 22% ont un diplôme universitaire, 39% sont qualifiés. tandis qu’un tiers ne possède pas de qualification.
Les offres d’emplois représentent à peine 35% par rapport aux nouveaux demandeurs inscrits pendant la même période, soit 6400. La demande dépasse de loin l’offre. Un déséquilibre qui illustre encore une fois la crise de l’emploi au niveau de la région de Béjaïa. Les secteurs du bâtiment, des travaux publics et de l’industrie offrent respectivement 2299 et 2060 postes d’emplois, alors que des entreprises investissant dans le créneau des services ont exprimé le besoin de recruter 1917 nouveaux ouvriers. Le secteur de l’agriculture, qui reste une des vocations de la wilaya n’offre que 48 postes d’emploi. Baisse d’investissement, la tension sociale qui déborde souvent dans la rue se traduit par un nombre de plus en plus élevé de demandeurs d’emplois, illustrant un climat social peu enviable dans la région de Béjaïa, qui s’apprête à recevoir comme chaque année des milliers de vacanciers. Une période de plein emploi pour peu que les fermetures de routes ne s’invitent pas encore.