Nouvelle gare maritime de de Béjaïa : réceptionnée prochainement Mise en service partielle le 18 juin

1017

Le port de Béjaïa s’est engagé dans la réalisation d’une nouvelle gare maritime alignée aux standards internationaux. Les travaux de sa réalisation enregistrent un taux d’avancement de 87% et le projet sera réceptionné prochainement. L’entreprise portuaire de Béjaïa prévoit sa mise en service partielle et envisage son exploitation durant cette saison estivale.

Mise en service partielle le 18 juin
Cette nouvelle infrastructure va inévitablement améliorer les conditions d’escales et d’accueil des passagers et le transit de leurs véhicules. Le projet, dont la réalisation a été confiée à BATIMETAL, est réalisé sur deux sites qui seront liés par deux passerelles. La nouvelle gare maritime, dont la mise en service partielle est prévue la semaine prochaine, à l’orée de la saison estivale et en prévision de l’arrivée des émigrés, est dotée de moyens permettant de répondre aux besoins du flux de voyageurs que l’attractivité tant touristique que commerciale de la ville a généré. Elle peut contenir 500 touristes et dispose d’assez d’espace pour 400 voitures, qui arriveraient par un seul bateau. Quant aux formalités, le temps consacré n’excéderait pas 2 heures. La nouvelle gare disposera d’un parking d’une capacité de 350 voitures, d’un centre commercial et d’autres locaux commerciaux. Cet investissement consenti par l’entreprise portuaire de Béjaïa se veut un atout de plus pour la région et un complément au port, ce qui va, assurément, améliorer les conditions d’escales et d’accueil des passagers et le transit de leurs véhicules. Les travaux de réalisation ont été lancés pour rappel en 2013.

Une marina en projet

Le premier site, situé à l’extérieur du port, est en réalisation sur 8 159,31 m2, tandis que le deuxième site, réalisé à l’intérieur du port, s’étend sur 18 973,22 m2. En outre, dans son programme à long terme (horizon 2025), le port de Béjaïa projette la construction de postes à quai sur une longueur de 214 m et d’une profondeur de 15m. Il est également prévu la réalisation de 3 appontements pour la réception de gros navires pétroliers et de 26 hectares de terre-pleins pour l’installation des équipements spécialisés. La vision de ce projet revêt un intérêt aussi bien pour le port que pour la communauté portuaire et la ville de Béjaïa et son arrière-pays. En plus de cette nouvelle réalisation, qui répondra à toutes les normes et exigences techniques, économiques et opérationnelles, de nouveaux aménagements au niveau de l’actuel port pétrolier sont envisagés à l’effet de réaliser une zone touristique proprement dite, qui fera profiter les habitants de la région ainsi que ses visiteurs. Le port sera rendu à la ville et une marina sera créée. L’aboutissement de ce schéma directeur de développement permettra de réinventer le port de Bejaïa et d’accroître son efficacité dans la chaîne logistique de transport, il contribuera ainsi à la compétitivité de ses clients en fournissant des services efficaces couvrant leurs besoins en transport maritime et terrestre et services logistiques.

Le trafic par les chiffres

Par ailleurs, au premier trimestre de 2017, le trafic global ayant transité par le port de Béjaïa a enregistré une décroissance de 8,71%, causée par la baisse des importations qui ont régressé de 16,13%. Les exportations, par contre, ont progressé de 3,68% grâce à l’augmentation des exportations d’hydrocarbures. Le trafic des hydrocarbures a connu durant le premier trimestre de l’année en cours une légère progression de 1,24% grâce à l’augmentation de 5,62% des exportations de pétrole brut. Par contre, les hydrocarbures raffinés à l’import ont enregistré une baisse de 23,57%. Le trafic hors hydrocarbures, quant à lui, a connu un fléchissement de -15,17%. Ce dernier a été causé par le gel de l’octroi des licences d’importation par l’Etat pour certains produits. Le trafic des vrac liquides s’est maintenu à près de 2 millions de tonnes au cours de ce premier trimestre de 2017, malgré la baisse de 9,22% enregistrée à l’import. Les vrac solides ont enregistré une hausse de près de 5%, grâce à la progression des importations de sucre en vrac de 25,36% et celles du soja de 11,29%. Toutefois, le blé a enregistré une baisse considérable de 52,9%. Les marchandises diverses, quant à elles, ont connu une importante baisse de 36,66%, soit un écart de 495 671 tonnes. A l’import, la régression enregistrée a été bien plus importante, soit -41,47%, engendrée par la baisse du trafic des métaux ferreux (-73,04%) ainsi que la suspension des importations du ciment. Les exportations de marchandises diverses, par contre, ont réalisé un bond de près de 8%, grâce à l’export du sucre en conteneurs. Le trafic conteneurs a connu un recul de 15,48%, soit 10 518 EVP en moins. Le tonnage des marchandises conteneurisées a aussi baissé de 17,34%.L’attente moyenne en rade a connu une nette amélioration passant de 4,60 jours au premier trimestre 2016 à 2,63 jours au premier trimestre 2017, soit une baisse de 2 jours. Le séjour moyen à quai s’est également amélioré, de 3,03 jours au premier trimestre 2016, il est passé à 2,89 jours à la même période de 2017, soit une réduction de 4,62%. Le nombre de navires ayant escalé au port de Béjaïa durant le premier trimestre de 2017 a baissé enregistrant un écart négatif de 36 navires. Les navires cargos ont enregistré la baisse la plus importante avec 52 navires en moins. La baisse du trafic des hydrocarbures à l’entrée a également engendré une baisse du nombre de navires d’hydrocarbures raffinés de 7 navires.