OPGI DE BÉJAÏA : 24 milliards de créances impayées

387

Le promoteur public de l’immobilier, l’OPGI, de la wilaya de Bgayet, détient un montant de 24 milliards de centimes de créances impayées auprès de ses locataires.

C’est ce que nous a confié un responsable de cet organisme, soulignant que ce cumul concerne 5 000 occupants de son parc de logements sociaux. Un important manque à gagner, qui grève le budget de l’OPGI et qui rend aléatoire la mise en œuvre de ses plans d’investissement. Pour tenter de ramener dans de moindres proportions le montant faramineux de ces factures impayées, dont certaines datent de plusieurs années, les responsables de l’OPGI ont engagé un plan de recouvrement, assorti de mesures facilitatrices : «Nous avons invité les locataires concernés à se rapprocher de nos services, afin de bénéficier d’un règlement échelonné de leurs dettes, en fonction de leurs capacités financières, en évitant par la même occasion les surcoûts liés aux pénalités de retard», souligne un responsable de l’OPGI. Cette stratégie de recouvrement progressif, explique-t-il, «est avantageuse pour les deux parties. Le locataire trouvera son compte en honorant ses échéances de manière étalée dans le temps, alors que l’OPGI verra sa trésorerie partiellement renflouée». L’office public fixe au 31 décembre 2017 la date butoir. Passé cette échéance, informe-t-on, le locataire perdra automatiquement le bénéfice de cet avantage. «En cas de refus de paiement, nous serons dans l’obligation d’user des moyens coercitifs légaux pour rentrer en possession avec notre dû. Cependant, nous avons adopté pour ligne de conduite, le règlement à l’amiable de tous nos litiges», déclare le responsable de l’OPGI.