Port de Béjaïa : Le volume des importations a fortement baissé au premier semestre 2017

519

Moins de navires, moins d’attente en rade et moins de marchandises importées. Le port de Béjaïa, le deuxième du pays, a enregistré une forte baisse du volume des importations, conséquence de la politique restrictive du gouvernement.

Les ports algériens commencent à ressentir les effets de la limitation des importations décidée par le gouvernement pour faire face à la baisse des prix du pétrole qui dure depuis le dernier trimestre 2014. C’est ce que révèle le bilan semestriel de l’activité du port de Bejaia rendu public jeudi. Dans son document, le port de Bejaia annonce le recul du volume des importations passant par ses quais de 15,61% au six premiers mois de l’année en cours, par rapport à la même période de l’année dernière. « Au premier semestre de 2017, le trafic global ayant transité par le port de Béjaïa a enregistré un léger recul de 1,29%, causé par la baisse des importations qui ont régressé de 15,61%. Les exportations, par contre, ont progressé de 20,07% grâce à l’augmentation des exportations d’hydrocarbures », indique le document. Le trafic conteneurs a connu un recul de 9,79%, soit 13.228 EVP en moins. Le tonnage des marchandises conteneurisées a aussi baissé de 8%.

En tonnage, le volume des importations est passé de 5 958 961 tonnes entre le premier janvier et le 30 juin 2016 à 5 028 481 tonnes durant la même période en 2017 soit une régression de -15,61. Le ciment (-99,05%), le bois (-23,59%), hydrocarbures raffinés (-19,84), les métaux ferreux (-69,66), le blé (-28,97), les matières textiles (-17,95) et lait (-26,89) sont les produits les plus touchés par le recul des importations.

Boissons alcoolisées, engrais naturels et phosphates en forte hausse
Exonérés des licences d’importation, les importations des boissons alcoolisées, des engrais naturels et le phosphates en forte hausse au cours des six premiers mois de l’année 2017. Pour les phosphates le volume des importations sont passées de 3 172 tonnes à 7 439 tonnes soit une augmentation de 134,52%. S’agissant des engrais naturels leur volume est passé de 6 157 tonnes à 14 376 tonnes soit une progression de 133,49%. En ce qui concerne les boissons alcoolisées, leur volume est passé de 18 943 tonnes à 24 637, soit une hausse de 30,06%.

Forte hausse des exportations du sucre et des oléagineux

Les exportations des oléagineux sont passées de 653 tonnes au cours des six premiers mois de l’année à 1 361 tonnes pendant la même période de l’année en cours, soit une hausse 108,4%. Les exportations du sucre ont connu aussi une hausse. Elles sont passées de 197 143 tonnes à 236 466 tonnes soit une hausse de 19,95%. En outre, le trafic des hydrocarbures a connu durant le premier semestre de l’année en cours une progression de 15,63% grâce à l’augmentation de 21% des exportations de pétrole brut.

Moins de navires et moins d’attente en rade
Selon la même source, le séjour moyen à quai s’est légèrement amélioré, de 2,98 jours au premier semestre 2016, il est passé à 2,77 jours à la même période de 2017, soit une réduction de 7%. Le nombre de navires ayant escalé au port de Béjaïa durant le premier semestre 2017 a baissé, enregistrant un écart négatif de 100 navires. Les navires cargos ont enregistré la baisse la plus importante avec 133 navires en moins, soit (-45,7%).

L’attente moyenne en rade a connu une nette amélioration passant de 3,93 jours au premier semestre 2016 à 2,28 jours au premier semestre 2017, soit une baisse de 1,65 jour. « La baisse du nombre de navires a induit une baisse de la jauge brute globale des navires de -3,29% », note le document. Pour rappel, le port de Bejaia s’est positionné en 2016 en deuxième position après celui d’Alger en termes de trafic.