Le taux de chômage s’établit à moins de 8% : Les chiffres sont-ils vrais à Béjaïa?

324

Le taux de chômage s’établit à 7,79% à Béjaïa, c’est l’information essentielle à retenir des portes ouvertes, organisées hier à Béjaïa par la direction de l’emploi en collaboration avec l’agence wilaya de l’emploi de la wilaya, la Cnac, l’Ansej. Une occasion qui a permis à tout un chacun de constater qu’en matière d’embauche et de recrutement des jeunes, un travail se fait même si cela reste en deçà des attentes. Les chiffres exposés par l’agence de Béjaïa étayent nos propos. Au 31 octobre 2017, la wilaya de Béjaïa, avec ses 970 250 habitants, totalise un nombre de chômeurs de 26 205 compte tenu du nombre d’inscrits au niveau des six agences locales. 14 000 chômeurs ont été placés dans différentes entreprises privées et publiques dans le cadre du dispositif classique. Dans le cadre de la Diap et du contrat de travail aidé, l’agence a réussi à insérer 32 440 personnes. Dans la totalité des dispositifs, l’Awem de Béjaïa a placé en 10 mois quelque 17 867 personnes. Le privé a reçu plus de 91% des demandeurs. Faisant partie du dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (Daip), les segments précités n’ayant satisfait que 16 440 sur les 44 507 postulants, répartis comme suit: 34% dans l’industrie, 30% dans le bâtiment et les travaux publics, 22% dans les services et 11% dans le commerce. Avec une offre de 17 811, la demande qui s’élève à 44 507, ne peut forcément pas être satisfaite. Concernant le dispositif Cnac, l’agence locale a assuré quelque 4000 allocations de chômage depuis sa création. 73 entreprises ont été créées à côté de la participation aux cotisations sociales des employeurs.
Quant à l’Ansej avec ses trous annexes, elle a validé 29 234 sur les 39 000 demandeurs. 18 476 dossiers ont été financés avec au bout 44 297 emplois créés. Le taux de recouvrement des créances s’établit à 53%, selon le directeur de l’Ansej. Ce dispositif privilégie la voie du dialogue pour le règlement des conflits liés au remboursement des dettes des jeunes promoteurs, notamment depuis la création de la Fédération nationale des jeunes créateurs d’emplois. La wilaya de Béjaïa se classe parmi les trois premières wilayas du pays en matière d’insertion des jeunes diplômés et de placement des demandeurs d’emplois. Un certain dynamisme anime le secteur de l’emploi grâce à une politique de sensibilisation et d’information que les responsables entreprennent de temps à autre auprès des jeunes, mais également des employeurs.
Mais ce n’est toujours pas facile dans une période de récession budgétaire. En dépit des difficultés, les initiateurs de ces journées ouvertes gardent espoir: «Ces journées ouvertes permettent au secteur de l’emploi à travers l’Anem, la Cnac et l’Ansej d’aller non seulement vers le grand public, mais aussi vers les opérateurs économiques, lesquels doivent connaître les innombrables mesures d’encouragement initiées par le gouvernement, faisant de la promotion de l’emploi un axe prioritaire de son action.
Hier dans le hall de la Maison de la culture Taos-Amrouche de Béjaïa, des échantillons d’entreprises créées dans différents cadres ont exposé leurs produits au grand public. «Les portes ouvertes sont une très bonne opportunité pour donner le maximum d’informations sur les différents dispositifs d’insertion et les avantages d’abattement», explique le directeur de l’Anem de la capitale de la vallée de la Soummam.