Maghreb Leasing Algérie  (MLA) est un établissement financier spécialisé dans le crédit-bail (leasing), créé en 2006 sous la forme juridique de société par actions.

En 2016, cette SPA aux grandes ambitions économiques a mobilisé 60 milliards de dinars pour le financement des petites et moyennes entreprises (PME-PMI), à travers les wilayas du pays.

C’est ce qu’a annoncé Nafa Abrous, président de Maghreb Leasing Algérie (MLA) à Tizi Ouzou, à l’occasion d’une journée d’information ayant pour thème «Le leasing, mode de financement privilégié de la PME/PMI et grandes entreprises pour le développement local». S’exprimant devant les opérateurs économiques de la wilaya de Tizi Ouzou, M. Abrous a révélé en outre qu’une cagnotte de 9 milliards de dinars a été dégagée l’année dernière pour le financement direct de l’outil de production, qui représente 90% de la somme mobilisée, contre 10% pour l’automobile.

Autre réalisation prometteuse à mettre à l’actif de Maghreb Leasing Algérie : le lancement du concept de financement «Mantoudj Bladi» (Produit de mon pays) au profit des jeunes investisseurs. Il s’agit d’un nouveau mode de financement consistant à prêter des fonds aux investisseurs pour lancer la production puis les accompagner dans les premiers pas de la commercialisation à travers le financement des clients qui achèteront le produit.

Dans ce sillage, M. Abrous a annoncé la  signature, à Alger, dans le courant de cette semaine, de contrats de financement au profit de plusieurs entreprises algériennes et étrangères. «La plus grande majorité de nos clients sont exclus du schéma de financement bancaire. Les raisons : le manque de garantie, la sous-capitalisation, et la consistance du bilan (déclaration chiffre d’affaires). Ils ont des bilans déstructurés. 98% de nos clients remboursent mensuellement. L’Algérien est un bon payeur. Si les PME n’ont pas décollé, c’est que le nerf de la guerre manque». Et d’ajouter : «Nous avons la volonté d’action pour ouvrir notre capital et intégrer le marché boursier algérien (…) Notre objectif est de venir en aide aux clients solvables qui nous solliciteront. Mais pour qu’il y ait offre, il faudrait  une demande. Nous avons une seule rigueur, la banquabilité.

Nous n’avons pas une forte demande de start-up, en raison des dispositifs d’emploi mis en place par les pouvoirs publics. Notre établissement ne finance pas uniquement l’automobile, si une société est banquable, solvable, nous l’accompagnerons. Nous n’excluons aucun secteur d’activités. Nous avons financé plus de 18 000 équipements. Le risque zéro n’existe pas en matière de remboursement, mais je tiens à préciser que nous sommes à 98% du taux de recouvrement. Notre politique de financement est des plus rigoureuses tout en gardant sa souplesse».

Dans la wilaya de Tizi Ouzou, où l’agence locale de l’entreprise vient d’ouvrir ses portes, Maghreb Leasing Algérie compte mobiliser deux milliards de dinars au profit des investisseurs locaux, a fait savoir M. Abrous. «Notre principe est de mettre à la disposition des opérateurs économiques un budget de départ estimé à 2 milliards de dinars. Ce n’est pas limitatif. Nous avons une seule rigueur, la banquabilité.» Maghreb Leasing Algérie, qui a lancé, en mars 2015, un emprunt obligataire de 2 milliards de dinars sur 5 ans, avec un taux d’intérêt progressif et un amortissement annulé de 20%, compte ouvrir son capital pour son introduction à la Bourse d’Alger.