Le wali, à propos du projet touristique de Cévital à l’arrêt : «Des privés revendiquent la propriété du terrain»

3076

«L’administration n’a rien à voir dans cette affaire. La justice a été saisie et c’est elle qui a ordonné l’arrêt des travaux. Ce sont des familles qui revendiquent la propriété du terrain en question», a expliqué le wali de Béjaïa, Mohamed Hattab, au sujet du blocage du méga complexe touristique projeté par Rebrab dans la localité d’El-Maghra.

Interpellé par les citoyens de Boukhelifa lors de sa visite d’inspection et de travail qui l’a conduit, avant-hier, dans les communes de la daïra de Tichy, sur «le blocage» que connait un mégaprojet d’une filiale Cévital portant la réalisation d’un complexe touristique aux normes internationales, à El-Maghra, le wali de Béjaïa, Mohamed Hattab, a rejeté l’existence d’une quelconque volonté de la part de l’administration de bloquer ledit projet. Il insistera sur le fait que les autorités de la wilaya encouragent ce genre d’investissements. «L’administration n’a pas à s’ingérer dans cette affaire. Il y a des familles qui ont fait valoir leur droit sur ce terrain et l’affaire a été portée devant la justice. Il y a une justice indépendante qui a traité l’affaire et a prononcé l’arrêt des travaux. En ce qui nous concerne, nous sommes pour l’investissement», a affirmé le premier responsable de la wilaya. Pour rappel, le groupe Cévital avait acquis un terrain de plus de 180 hectares dans la région d’El Maghra, relevant de la commune de Boukhelifa, sur lequel il a projeté un complexe touristique et immobilier comprenant, entre autres, des hôtels, des résidences de vacances, des centres commerciaux, etc. Toutefois, ce terrain fait l’objet de contestation de la part d’une famille, qui en revendique la propriété. La justice a prononcé l’arrêt des travaux de clôture engagés par Cévital pour sécuriser son terrain. Du coup, les jeunes de la région, recrutés dans le cadre de ce projet ou qui nourrissaient l’espoir d’être un jour embauchés, une fois ce complexe touristique mis en service, sont pris de découragement. Le wali de Béjaïa s’est par ailleurs dit animé d’une grande volonté de débloquer toutes les situations qui empêchent les investisseurs de mener à bien leurs projets. C’est ainsi qu’il a demandé, lors de sa visite de la zone d’activité de Bouseltane, dans la commune de Tala Hamza, à l’agence foncière de la wilaya de réunir, la semaine prochaine, les 22 investisseurs bénéficiaires de terrains au niveau de cette ZAC. L’objectif est de s’entendre sur les modalités de paiement en vue de prendre en charge sa viabilisation. Dans la même localité, le wali, accompagné des directeurs de son exécutif et des élus locaux, a inspecté le chantier de réalisation d’un programme de 120 logements sociaux, dont juste la moitié a été réalisée, faute de foncier. Il a ainsi ordonné la distribution des logements achevés avant la fin de l’année en cours et instruit l’OPGI de délocaliser les 60 logements restants vers une autre région. Concernant les aides financières de 700 000 DA accordées par l’Etat dans le cadre de l’auto-construction (Fonal), M. Hattab a décidé d’annuler les décisions d’attribution à 40 bénéficiaires qui n’ont pas lancé les travaux de construction de leur habitation. «Ces aides seront attribuées à d’autres postulants», a-t-il déclaré. L’autre décision prise par le wali de Béjaïa lors de sa visite, avant-hier, à Tala Hamza, est de recourir à la force publique à l’encontre d’un citoyen qui bloque, depuis trois ans, un projet de réalisation d’un réservoir d’eau potable, alors que la justice a tranché en sa défaveur. «Il faut appliquer la loi. On ne l’a pas lésé dans ses droits et il ne peut donc pas priver toute une population d’un tel projet accordé par l’Etat», a insisté M. Hattab.

Un stade en gazon synthétique pour Tichy

Tant attendu par la population locale, qui le réclamait «depuis une vingtaine d’années», selon un habitant de la région, le wali a accordé pour la commune de Tichy un projet de réalisation d’un stade communal en gazon synthétique pour un montant de 9 milliards de centimes. Il a instruit les responsables concernés d’accélérer la procédure administrative et d’installer, au plus tard à la deuxième quinzaine de juillet, l’entreprise chargée de réaliser le stade en gazon, projeté à la cité Bensaid. Le premier responsable de la wilaya a rappelé que ce projet est accordé dans le cadre d’une opération qu’il a en personne initiée, visant à équiper toutes les daïras de la wilaya en stades dotés d’une pelouse en gazon. La cellule de communication de la wilaya a informé, dans ce sillage, qu’une quinzaine de stades sont en train d’être revêtus en gazon synthétique à travers plusieurs communes de la wilaya. Côté investissement touristique, le wali a inspecté le projet de réalisation d’un complexe hôtelier au chef-lieu communal. M Hattab a apprécié l’architecture choisie, qui, selon lui, «ne tourne pas le dos à la mer, mais l’épouse parfaitement». Toutefois, il a exprimé sa tristesse à la vue de «l’anarchie urbanistique» qui caractérise cette ville côtière. Pour mettre fin à «ce massacre urbanistique», le premier magistrat de la wilaya a affirmé qu’à l’avenir «aucun projet ne sera lancé sans être passé par le comité d’architecture, installé par la wilaya, pour essayer de remédier à cette situation et sauver ce qui reste comme foncier sur la côte de Béjaïa».

Un taux de 44 % de raccordement au gaz de ville

En matière de raccordement au gaz de ville, la daïra de Tichy, constituée de trois communes, accuse un grand retard. Selon les explications fournies par le directeur de wilaya de l’énergie et des mines, le taux de pénétration en gaz ne dépasse pas les 44%. Plusieurs localités de cette daïra, notamment sises dans les zones rurales et montagneuses, sont privées de cette commodité essentielle. Néanmoins, ce même responsable a déclaré que six nouveaux projets de raccordement au gaz naturel sont inscrits au profit de cette daïra. La réception de ces projets et la mise en service des futurs raccordements permettra d’atteindre un taux de pénétration au gaz naturel de 68 %. Concernant le secteur de l’hydraulique, la commune de Tichy a bénéficié d’un projet de renforcement en eau potable. Un délai de quatre mois a été accordé à l’entreprise chargée de ces travaux. L’impact attendu de ce projet est d’alimenter en H24 une population de 800 habitants, dans un premier temps. Dans la commune de Boukhelifa, M. Hattab a accordé un projet de réalisation d’un stade de proximité au profit des jeunes de la région. Avec cette sortie sur le terrain, il reste au wali 2 daïras à visiter sur les 19 que compte la wilaya. Il s’agit des daïras d’Adekar et d’Amizour. Les habitants et les responsables des communes de ces daïras attendent avec impatience la visite du premier responsable de la wilaya pour lui soumettre leurs préoccupations et doléances.