Yennayer fête nationale et création d’une académie pour tamazight : Un large satisfecit à Béjaïa

321

Le président de la République, M. Abbdelaziz Bouteflika, a décidé au terme du dernier conseil des ministres de cette année 2017, de décréter le nouvel an amazigh, Yennayer, qui coïncide avec le 12 janvier, fête nationale et journée chômée et payée.

Le premier magistrat du pays a également ordonné au gouvernement de procéder à la création et l’installation d’une académie de langue amazighe chargée de promouvoir cette langue. Cette annonce a reçu un écho favorable au sein de la population de la wilaya de Béjaïa. En effet, approchés, des artistes, des hommes politiques, des acteurs du mouvement associatif, des citoyens et citoyennes, ont salué, hier, cet acquis historique. Pour le député indépendant Braham Benadji, c’est une autre victoire pour le combat du peuple amazigh : «Merci à la nouvelle génération (étudiants, lycéens et collégiens). Vôtre mobilisation et détermination de ces dernières semaines est à l’origine de cet acquis historique», soulignera-t-il. De son côté, le député du RND, Kamal Bouchoucha, a affiché une joie indescriptible : «Merci Monsieur le président de la République de votre décision prise au conseil des ministres. J’ai envoyé une lettre (le 28 novembre) au président de la République sur la création de l’académie berbère et je n’ai fait que mon travail de député, qui a transmis fidèlement le vœu de la population, et ce, conformément à leurs sacrifices et aux luttes menées par nos braves citoyens», conclu-t-il. Sur sa page Facebook, Athmane Maazouz, député du RCD, soulignera que : «En attendant la mise en œuvre effective de l’officialisation de tamazight, Yennayer est un jour de fête chômé et payé.» Contacté sur le sujet, le célèbre chanteur engagé Boudjemaa Agraw affirmera sans ambages : «Je pense que c’est une avancée. La création d’une académie et la généralisation de l’utilisation de la langue amazighe sont de très bonnes choses. Pour l’académie, il faudra surtout mettre des spécialistes et des gens qui ont milité pour la cause». Pour sa part, le militant des causes justes, en l’occurrence Djamel Ikloufi, dira : «Après le « jamais, jamais », c’est Yennayer journée chômée et payée. Preuve que la lutte pacifique paye. Heureux que l’Algérie renoue avec ses origines et très heureux pour tous les militants qui ont cru à ce combat noble.» Au FFS, par le biais du député Chafaa Bouaiche, «le FFS a revendiqué la consécration de Yennayer comme fête nationale et journée fériée et pas seulement journée chômée et payée». Khaled Tazaghart, député du Front El Moustakbal et fervent défenseur de la cause, exprimera, de son côté, sa grande satisfaction : «En tant que militant de la cause amazighe depuis tout le temps, je le dis haut et fort, je suis fier de mon pays, je suis très heureux de la décision de promulgation d’un décret consacrant Yennayer comme journée chômée et payée et une fête nationale à célébrer au même titre que toutes les autres fêtes nationales et officielles. C’est une décision historique et courageuse de la part du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. Pour moi c’est irréversible, les choses avancent est de belle manière pour ma patrie. Cette décision politique de grande importance pour la réconciliation de l’Algérie avec son authentique et véridique histoire augure d’un avenir meilleur pour le pays. Félicitations à tous les Amazighs du monde, à tous les Nord-africains et je tiens à rendre un vibrant hommage à toutes les militantes et militants de la cause amazighe qui se sont sacrifiés pour que l’histoire amazighe triomphera.» Pour Ahcène Moudache, l’un des acteurs du mouvement associatif les plus influents à Béjaïa, «la déclaration de Yennayer journée de fête nationale chômée et payée est une très bonne nouvelle pour l’Algérie. C’est une décision qui va davantage consolider l’unité nationale et l’unité du peuple algérien autour d’un événement historique en relation directe avec son identité. C’est un autre acquis que nous saluons», conclu-t-il. Yahia, étudiant à l’université Abderrahmane Mira, a salué cette annonce, en avouant : «C’est une avancée considérable. Nous sommes vraiment satisfaits de ces décisions prises. Vive l’Algérie !» Cela dit, l’annonce faite, mercredi dernier, par le président de la République, a beaucoup satisfait les habitants de cette région de Kabylie.